Déconfinement : chahut à l’école

Ras-le-bol des parents, craintes des enseignants, pression des employeurs... Reprendre ou pas le chemin de l’école ? Aperçus dans la presse...

L’Humanité Mais le président du Comité scientifique reste prudent : selon lui, s’il serait possible d’alléger dès maintenant la contrainte, ce serait seulement pendant les repas, les récréations et le sport. Jean-Michel Blanquer, qui la semaine précédente excluait formellement tout assouplissement du protocole avant septembre, a du coup assoupli sa propre position, laissant entendre qu’on pourrait bientôt alléger cette contrainte. Ce pourrait être le cas à partir du lundi 22 juin, c’est-à-dire après les annonces de la phase 3 du déconfinement. Et pour seulement deux semaines puisque, toujours selon le ministère de l’Éducation, la date des vacances restera fixée au 3 juillet au soir. Tout ça pour ça !

Libération

Présent chaotique et sombres présages : Au vu de la situation parfaitement anomique qui règne aujourd’hui dans un bon nombre d’établissements, où l’on ne sait pas très bien qui décide de quoi en matière d’accueil (État, collectivités territoriales, enseignants, parents), il est à craindre que la rentrée de septembre soit elle-même perturbée. Et le quotidien de tirer un premier bilan : Après cinq mois d’interruption scolaire, un méga-summer learning loos effect [perte de compétences cognitives] est devant nous, qui frappera en priorité les territoires et les populations les plus démunis, où la réouverture des écoles publiques s’avère de surcroît la plus chaotique.

Le Parisien

Pour les parents c’est le casse-tête, comme pour les enseignants qui n’en peuvent plus de ce protocole, une supercherie, selon Claire, enseignante en primaire à Cournon d’Auvergne (Puy-de-Dôme). Elle dénonce des règles inapplicables d’un point de vue humain et pédagogique. Plus généralement : Si de nombreux parents ont plébiscité ces règles lors de leur mise en place le 11 mai, lors de la première phase du déconfinement, ils sont aujourd’hui moins enclins à souhaiter leur maintien […] car si 1,8 million [sur 6,7] d’écoliers ont repris, c’est en pointillé, à raison d’un ou deux jours par semaine seulement dans la plupart des cas.

Les Échos

Chronique d’un désastre annoncé : En attendant, des enseignants voient poindre une école à la carte. Pour afficher des statistiques en hausse, on fait des rotations d’élèves, regrette l’un d’eux,et le jour où les enfants doivent venir, les familles nous disent qu’elles ont prévu autre chose. Il y a urgence à ce que l’école ne soit plus à la discrétion du choix des familles, ajoute Rozenn Merrein [président de l’Association nationale des directeurs de l’éducation des villes]. Amer, un directeur d’école l’assure : On est en train de tuer l’école.

Sud Ouest

Pendant ce temps, le patronat s’impatiente ! Les présidents du Medef de Nouvelle-Aquitaine et de Dordogne, Philippe Neys et Christophe Fauvel, sont sur la même longueur d’onde. Il faut impérativement relancer l’économie qui tourne au maximum à 75 % ou 80 % de ses capacités actuellement, expliquent-ils. Il est capital, pour revenir à une activité normale, que les écoles puissent au plus vite accueillir tous les enfants, ajoute Christophe Fauvel. Il y a près d’un mois déjà, des professeurs du lycée de Saint-Dié-des- Vosges, militants FO, avaient lancé le slogan : Nous ne sommes pas la garderie du Medef !

12 juin 2020

Christophe Chiclet

Journaliste l'InFOmilitante