Les pièges du "travailler plus"

LES PIÈGES DU "TRAVAILLER PLUS". Que se cache-t-il donc derrière les dernières déclarations ambiguës, voire sibyllines du président de la République lors de son allocution télévisée ? De nouvelles inquiétudes ! Aperçus dans la presse...

AFP

Pour redresser l’économie, il faudra ̎ travailler et produire d’avantage ̎, a prévenu dans son allocution dimanche [14 juin] Emmanuel Macron, et ce, ̎ alors même que notre pays va connaître des faillites et des plans sociaux multiples en raison de l’arrêt de l’économie mondiale ̎. Le président ̎ n’a vraiment pas dit grand-chose (…) alors qu’on a besoin aujourd’hui de redémarrer l’économie autrement que de la façon dont on l’a laissé ̎, a taclé l’économiste Thomas Piketty, lundi [15 juin] sur France Inter. Et l’agence de presse de citer les propos d’un membre du gouvernement : " On ne va pas décider du temps de travail des français ̎ a déclaré sur BFM-TV/RMC le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin. ̎ Chaque entreprise décide ̎, a-t-il complété, soulignant qu’on pouvait ̎ moins travailler ̎ au sein d’une entreprise lorsque les commandes étaient moins nombreuses mais qu’il faudrait ̎ travailler davantage ̎ dans la situation inverse. Serait-il question de contourner les branches ?

Le Figaro

La réaction de FO : La parole présidentielle était ̎ ambiguë ̎, a critiqué le secrétaire général de FO, Yves Veyrier : ̎ Si c’est nous dire que ceux qui ont du boulot, on va leur demander de se retrousser les manches, comme on l’entendait pendant la période du confinement, si c’est aller au-delà des 35 h, voir au-delà même des 48 h, si c’est rogner sur les jours de congé, les jours de repos, ouvrir le dimanche plus encore qu’aujourd’hui, ça n’ira pas, nous ne serons pas d’accord ̎, a-t-il mis en gardeLes trois représentants syndicaux [FO, CGT, CFDT] se rejoignent sur l’idée d’une autre solution pour renforcer la relance économique : celle de privilégier l’emploi pour tous à une augmentation du temps de travail.

Sud Ouest

Les propos d’Emmanuel Macron mettent syndicats et opposition dans le flou ce lundi matin [15 juin]. Qu’est-ce qu’Emmanuel Macron a voulu dire ?Du côté de Force Ouvrière citée par LCI : ̎ S’il s’agit de faire en sorte qu’il y ait plus de travail, pour un plus grand nombre, parce que la situation le demande, là d’accord ̎, explique son secrétaire général, Yves Veyrier. ̎ S’il s’agit de faire travailler plus ceux qui ont déjà du travail en dérogeant aux 35 heures, en supprimant des congés ou des jours de repos, ça ne va pas le faire ̎.

Libération

Depuis plusieurs semaines déjà, l’ensemble des organisations syndicales le martèlent : la relance de l’économie ne saurait passer ni par une baisse des salaires, laquelle entraverait la reprise de la consommation, ni par une hausse du temps de travail, laquelle fermerait davantage l’accès à l’emploi au moment même où se profilent ̎ des faillites et des plans sociaux multiples ̎, pour reprendre les mots d’Emmanuel Macron.

21 juin 2020

Christophe Chiclet

Journaliste l'InFOmilitante