La FSESP soutient un accord rapide sur la numérisation (intégralité de l'article ICI)

Après consultation des membres du Comité exécutif, la FSESP a voté au sein de la CES pour soutenir un nouvel accord intersectoriel sur la numérisation qui couvre les travailleurs des services publics. Le vote au sein de la CES a également été positif et il reste maintenant aux trois organisations patronales européennes d'approuver l'accord

L'accord arrive à point nommé car des centaines de milliers de travailleurs à travers l'Europe ont été transférés au télétravail dans un bref délai, souvent sans les procédures appropriées en matière de santé et de sécurité et d'équipement. Les syndicats s'inquiètent maintenant que les employeurs tentent de rendre cette mesure et d'autres mesures d'urgence plus permanentes.

L'accord sur la numérisation souligne que tout nouveau régime de travail, modification des conditions de travail ou des relations de travail liées à la numérisation devrait faire l'objet d'un processus d'évaluation et d'action conjoint des employeurs et des syndicats. Il confirme également que des mesures devraient être prises en relation avec tout outil ou processus numérique existant «lorsqu'il existe des préoccupations concernant les impacts sur les conditions de travail et la santé et la sécurité nécessitant une attention urgente».

Il est important de noter que la section de l'accord sur le processus indique également que: «Les représentants des travailleurs recevront les installations et les informations nécessaires pour s'engager efficacement dans les différentes étapes du processus.»

L'accord prévoit des mesures pour éviter les pertes d'emplois et la surveillance et confirme que tous les travailleurs du secteur public sont couverts. Il y a des sections clés sur l'apprentissage et la formation continus et la transparence et le contrôle de l'intelligence artificielle.

Détails de l'accord

Les cinq sections principales de l'accord couvrent:
Processus géré conjointement (pages 4-6)
Compétences numériques et sécurisation de l'emploi (7-9)
Modalités de connexion et de déconnexion (9-10)
Intelligence artificielle et principe de l'homme en contrôle (10-11)
Respect de la dignité humaine et surveillance (12)

La section sur le processus est assez détaillée mais souligne le fait que les employeurs et les syndicats devraient travailler ensemble pour résoudre les problèmes découlant de la numérisation couvrant les vastes domaines de l'organisation du travail, du contenu et des compétences du travail, des conditions de travail et des relations de travail.

Les paragraphes sur les compétences numériques et la sécurisation de l'emploi soulignent l'importance d'un processus d'information et de consultation opportun et d'une anticipation des changements et des besoins en compétences. Il souligne l'importance de garantir la sécurité de l'emploi et de meilleures conditions de travail et souligne que l'égalité des chances devrait garantir que tous les travailleurs bénéficient d'une formation.

Les modalités de connexion et de déconnexion soulignent l'importance d'une approche préventive en matière de santé et de sécurité qui garantit la bonne application de toutes les réglementations et règles pertinentes en matière de temps de travail dans les conventions collectives. Cette section comprend une formulation qui met l'accent sur la minimisation des contacts en dehors des heures de travail et aucune obligation de la part du travailleur de répondre s'il est contacté.

La section sur l'intelligence artificielle indique clairement qu'il doit y avoir une approche centrée sur l'homme et qu'elle devrait viser à augmenter les capacités humaines et non à remplacer les travailleurs. Il souligne également la nécessité de la transparence et qu'en fin de compte, il devrait y avoir une possibilité de recours contre les décisions prises par l'intelligence artificielle.

La section suivante traite de la dignité humaine et de la surveillance et donne ici un rôle spécifique aux représentants des travailleurs pour garantir l'application correcte des règles de protection des données. La dernière partie de l'accord comprend les dispositions standard pour la mise en œuvre d'un accord de partenariat social autonome et intersectoriel, clarifiant la protection des prestations existantes et de meilleure qualité aux niveaux national et local.

 
 

8 mai 2020

FSESP

Date: 
Vendredi, 15 Mai, 2020

Rubrique: