Les pompiers exigent une plus grande protection contre l'exposition aux agents cancérigènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction (cliquer ICI pour intégralité de l'article)

Plusieurs études montrent que les autorités publiques et les employeurs ne sont pas tenus de protéger suffisamment les pompiers des risques d'exposition à des agents cancérigènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction (CMR). Cela signifie que les pompiers sont deux fois plus exposés - non seulement à la nature même de leur profession, mais également à ses conséquences.

Il existe un écart important entre les cancers reconnus comme maladies professionnelles dans les différents pays et le nombre de cancers attribuables à une exposition professionnelle. Les données nationales et les données de l'UE sur les cancers contiennent très peu d'informations sur les professions des patients atteints de cancer. L’Institut syndical européen (ETUI) estime que 8% des cas de cancer sont liés au travail, représentant 12% des cas de cancer chez les hommes et 7% des cas de cancer chez les femmes. De plus, des études spécifiques ont montré que les pompiers âgés de 30 à 49 ans présentent un risque excessif de cancer de la prostate et de mélanome cutané.

Le réseau de pompiers de la FSESP exige donc de toute urgence un cadre réglementaire renforcé et une approche globale de la lutte contre les cancers liés au travail. Les mesures devraient garantir que l'exposition aux CMR soit éliminée ou réduite autant que possible et que les pompiers soient suffisamment protégés avant, pendant et après les incidents. Préserver et étendre le "principe de précaution" et le "principe de substitution" de l'UE inscrits dans la réglementation REACH (enregistrement, évaluation et autorisation des produits chimiques) est fondamental pour garantir l'élimination des substances extrêmement préoccupantes du marché et des nouvelles substances chimiques ne pas aggraver la situation actuelle. Les gouvernements doivent assumer la responsabilité des pompiers et, en plus de renforcer la prévention, reconnaître le cancer chez les pompiers comme une maladie professionnelle.

Il est également nécessaire de veiller à ce que les gouvernements et les employeurs investissent dans les services d'incendie des ressources humaines et financières suffisantes pour que les problèmes de santé et de sécurité au travail en général et les cancers liés au travail en particulier puissent être traités, y compris après le départ du travailleur. position. Bien que cela soit de leur ressort, les autorités publiques devraient également reconnaître que l'amélioration de la santé et de la sécurité et la réduction des risques de cancer rendront les services d'incendie plus durables et plus économiques.

Le réseau des pompiers est très reconnaissant du travail accompli par l'ETUI et la CES pour lutter contre les cancers du travail, notamment pour garantir des limites d'exposition professionnelle contraignantes (BOEL) pour les cancérogènes prioritaires. / CE). Son champ d'application devrait également être étendu aux substances reprotoxiques. Grâce à la pression des syndicats, la révision de la MCD est redevenue une priorité et, idéalement, la nouvelle directive devrait devenir un instrument «vivant» pouvant être mis à jour plus facilement. Le réseau contribuera activement à ce travail et au travail qui sera développé au niveau mondial pour assurer la mise en œuvre des directives de l'OIT sur le travail décent dans les services publics d'urgence (2018). Ensemble, nous pouvons construire un cadre fort pour Right2Health en Europe et au-delà.

Sensibiliser, collecter et échanger des données comparables et des bonnes pratiques peut permettre de partager les leçons apprises. Des procédures claires doivent être établies avant et pendant les interventions, par exemple pour bien nettoyer les vêtements et les équipements utilisés lors des interventions. Des programmes de formation et des exercices sont nécessaires pour soutenir et mettre en pratique chaque étape des procédures. Les droits à l'information et à la consultation, le dialogue social et la négociation collective peuvent tous être utilisés pour améliorer la prise de décision concernant le choix, la conception et l'introduction de nouvelles technologies, d'équipements et / ou d'organisation et de processus de travail.

 

4 février 2019

FSESP

Date: 
Jeudi, 7 février, 2019

Rubrique: