L’ISP salue l’adoption du Pacte mondial des Nations Unies pour les migrations (cliquer ICI pour intégralité de la déclaration)

Emmenée par sa Secrétaire générale, Rosa Pavanelli, l’ISP s’est rendue à Marrakech en compagnie d’une délégation syndicale de 45 membres. Outre sa participation à la Conférence chargée d’adopter le Pacte, l’ISP a animé un atelier stratégique et pris part aux Journées de la société civile du Forum mondial sur la migration et le développement, à l’Action mondiale des peuples et au Forum des Syndicats mondiaux sur la migration. La veille de la Conférence, l’ISP a également organisé un événement parallèle visant à promouvoir le dialogue entre les parties prenantes concernant la migration des travailleurs et travailleuses de la santé et les partenariats mondiaux de compétences, avec le soutien de la FSESP, de l’OMS, de la FES et du gouvernement fédéral allemand.

Déclaration prononcée à l’occasion de la conférence intergouvernementale des Nations Unies chargée d’adopter le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières :

 

Nous saluons l’adoption du Pacte mondial des Nations Unies pour les migrations.

La migration est une caractéristique naturelle de notre civilisation. Elle est influencée par des facteurs naturels et humains et est indissociable de la mondialisation. Les Etats membres qui refusent de signer le Pacte ont une vision tronquée de la réalité.

Les syndicats se réjouissent de l'occasion de prendre part à cette coopération internationale dans le cadre de la structure multilatérale des Nations Unies.

Il est nécessaire d’envisager la migration de manière globale et d’examiner les perspectives et enjeux dans l’ensemble du cycle de la migration, en donnant la priorité à la protection ainsi qu'à la promotion des droits humains de l’ensemble des migrant-e-s et en s'attaquant à la question du développement durable, aux causes fondamentales et aux facteurs du phénomène.

Nous saluons l’engagement pris dans l’objectif 2 du Pacte (facteurs et problèmes structurels) et son alignement sur les Objectifs de développement durable à l’horizon 2030. Il constitue un argument de taille en faveur de l’investissement dans des services publics de qualité tant dans les pays d’origine que de destination.

Les services publics sont le pilier de la solidarité. Les services publics sont des droits humains.

La distinction qui est faite dans le Pacte (objectif 15) entre l’accès aux services pour les migrant-e-s en situation irrégulière et pour les migrant-e-s en situation régulière constitue une discrimination et une faiblesse qui doivent être corrigées. La coopération entre les prestataires de services et les services d’immigration doit inclure une entente claire concernant la séparation des fonctions.

Les services publics de qualité contribuent à assurer la protection sociale. Il est impératif d’investir dans les services publics afin de garantir leur prestation, par un personnel adéquat et bien formé, dans des conditions sûres et décentes.

Il est nécessaire de maintenir les services publics entre les mains du secteur public.

L’ISP condamne les discours racistes et xénophobes qui désignent les migrant-e-s comme boucs émissaires pour justifier les inégalités croissantes, et critique la manière dont les mesures d’austérité et le virage sécuritaire alimentent ce discours.

Nous saluons le fait que le Pacte repose sur un cadre normatif fondé sur les droits et soutenons les actions en faveur de la ratification et de la mise en œuvre des conventions de l’ONU et de l’OIT.

L’ISP s’emploie à promouvoir des pratiques de recrutement justes et éthiques et à assurer les conditions d’un travail décent pour toutes et tous (objectif 6). Pour encourager l’avancée des Principes directeurs de l’OIT sur le recrutement équitable, l’ISP poursuit sa campagne #NonAuxFraisDeRecrutement imposés aux travailleurs et travailleuses migrants.

Les Etats détiennent la responsabilité ultime de gouverner et de réglementer le recrutement international conformément aux normes internationales relatives aux droits humains et aux normes du travail.

Nous soutenons l’embauche entre gouvernements, en particulier s’agissant de la migration des travailleurs et travailleuses de la santé. Nous continuons de nous appuyer sur l’exemple de bonne pratique que représente l’accord de travail bilatéral (ATB) sur le personnel infirmier conclu entre l’Allemagne et les Philippines.

L’intégration des syndicats dans les partenariats mondiaux de compétences est essentielle (objectif 18). Toutefois, l’élaboration de ces partenariats doit être envisagée avec soin et vigilance afin de veiller au respect du travail décent, des droits des travailleurs et travailleuses et de la participation active des syndicats et de la société civile. Les questions du développement durable, des droits humains et de l’équité doivent être pleinement intégrées à ces discussions. Dans les secteurs de la santé et de l’éducation, la référence aux conventions de l’ONU et de l’OIT ainsi qu’au Code de bonne pratique de l’OMS représente un point de départ important.

Nous saluons les engagements adaptés aux enfants et sensibles à la problématique femmes-hommes contenus dans le Pacte.

En saluant le rôle déterminant de l’OIT au sein du Réseau des Nations Unies sur les migrations, l’ISP réaffirme la position du mouvement syndical en faveur d’une approche solide fondée sur les droits, d’un accès à un travail décent, de services publics de qualité, de la protection sociale et de la promotion du dialogue social comme mécanisme clé dans les aspects de la mise en œuvre du Pacte.

13 décembre 2018

Date: 
Vendredi, 14 Décembre, 2018

Rubrique: