Numérisation - Investir dans le dialogue social, la formation, les compétences, les infrastructures (cliquer ICI pour intégralité du communiqué)

Les délégations des syndicats et des employeurs rencontrent le groupe de haut niveau sur la numérisation. En mai 2018, la Commission européenne a créé un groupe d'experts de haut niveau chargé de la conseiller sur l'impact de la transformation numérique sur les marchés du travail de l'UE. Les partenaires sociaux européens ont été invités à présenter leurs points de vue et à discuter avec les membres de cette commission. groupe. Les experts doivent présenter un rapport à la Commission européenne au printemps de cette année. Il informera une future Commission des mesures à prendre.

Les partenaires intersectoriels et sectoriels européens ont partagé un point de vue commun sur plusieurs questions relatives à l'impact de la numérisation et du marché du travail. Cela affectera différemment différents secteurs et différents groupes de travailleurs. Les emplois disparaissent, de nouveaux emplois sont créés et presque toutes les tâches (contenu du travail) sont effectuées. Les syndicats ont souligné qu'il fallait éviter le caractère perturbateur de la numérisation, que les travailleurs devraient être impliqués et avoir leur mot à dire sur la manière dont elle affecte leur travail et leurs lieux de travail. Le dialogue social et la négociation collective sont la voie à suivre. Nous avons besoin d'une approche spécifique des plates-formes telles que les travailleurs soient couverts par des conventions collectives et par la protection sociale. Le financement de l'éducation, l'accès de tous à la formation, la définition des compétences et l'investissement dans les infrastructures sont importants. Un droit de se connecter et de se déconnecter, de garantir un impact positif sur l'équilibre travail-vie personnelle et sur la situation des femmes pour assurer davantage d'égalité sont des questions clés. Les points de vue des syndicats sur les contrats non standard diffèrent de ceux des employeurs et entre les employeurs. Les syndicats exigent un travail stable et des contrats assortis de salaires décents et de bonnes conditions de travail. La précarité doit être adressée, réduite et évitée. La FSESP a souligné que les syndicats et les employeurs se penchent sur les conséquences de la numérisation pour les travailleurs dans un large éventail de services publics. Une dimension importante de nos discussions concerne l’impact sur les utilisateurs des services. Il existe de grandes différences entre les régions et les pays et des risques sont souvent laissés pour compte. Il est urgent d’investir dans les infrastructures publiques pour faire en sorte que tous puissent en bénéficier.

Le Secrétaire Général de la FSESP faisait partie de la délégation de la CES. Il comprenait en outre des représentants de IndustriAll-E et d’UNI-E. La réunion a eu lieu le 11 janvier 2019 à Bruxelles.

16 janvier 2019

FSESP

 

Date: 
Jeudi, 17 Janvier, 2019

Rubrique: