Sécurité et santé au travail (cliquer ICI pour intégralité du communiqué de presse)

Guy Ryder : «Tous les pays devraient ratifier les conventions relatives à la sécurité et à la santé au travail». S’exprimant en Russie en préambule à la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder, a déclaré que le bien-être des travailleurs continue d’être une priorité pour l’OIT, à un moment où de profondes mutations s’opèrent dans le monde du travail.

Le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder, a appelé tous les pays à ratifier les conventions relatives à la sécurité et à la santé au travail – sujet qu’il a décrit comme étant «au cœur du mandat de l’OIT depuis sa création».

S’adressant à la session plénière stratégique de la Semaine de la sécurité et de la santé au travail dans toute la Russie (All-Russia OSH Week ), qui se déroule dans la ville russe de Sochi, Guy Ryder a expliqué aux délégués que près de 3 millions de travailleurs meurent chaque année d’accidents du travail ou de maladies professionnelles, et que 374 millions d’autres sont victimes d’accidents du travail non mortels. Il qualifie cette situation de «coût humain inacceptable».

Il a insisté sur le fait qu’«il n’est pas moins nécessaire d’accorder la priorité à la sécurité et à la santé au travail aujourd’hui qu’en 1882 ou en 1919».

Le Directeur général de l’OIT s’est référé au rapport de l’OIT intitulé Sécurité et santé au cœur de l’avenir du travail: Mettre à profit 100 ans d’expérience , lancé le 18 avril dernier.

Ce rapport met en garde contre les risques nouveaux nés de la numérisation et des technologies telles que l’intelligence artificielle et les bio- et nanotechnologies, et attire l’attention sur la santé mentale, notamment les risques psychosociaux liés au stress, et sur l’émergence de maladies non transmissibles.
 

Ce sont non seulement les conditions de travail qui ont évolué avec le temps, mais aussi la nature même des risques pour la sécurité et la santé.»

Guy Ryder, Directeur général de l’OIT

«Ce sont non seulement les conditions de travail qui ont évolué avec le temps, mais aussi la nature même des risques pour la sécurité et la santé», a précisé Guy Ryder. «Et cette situation va se poursuivre à l’avenir. Avec toutes les mutations technologiques, démographiques et environnementales qui façonnent un nouveau monde du travail, il est plus important que jamais d’anticiper les risques nouveaux et émergents pour la sécurité et la santé.»

«Il convient de relever tous ces défis en adoptant des stratégies de prévention efficaces. Renforcer le rôle des gouvernements et des partenaires sociaux est essentiel à cet égard», a-t-il ajouté.

Guy Ryder a indiqué aux délégués que près de la moitié des instruments de l’OIT concernent directement ou indirectement les questions de sécurité et de santé au travail, et que plus de 40 normes, étayées par plus de 40 recueils de directives pratiques, traitent spécifiquement de ce même sujet. Ces instruments ont évolué au fil du temps, passant d’une approche très réductrice des risques spécifiques aux lieux de travail à une approche axée sur la prévention.

Guy Ryder a remercié la Fédération de Russie d’avoir ratifié à la fin de l’année dernière la convention (n° 167) sur la sécurité et la santé dans la construction, 1988 , qui porte sur certains des dangers professionnels les plus répandus dans la région.

Se référant au Rapport de la Commission mondiale sur l’avenir du travail , publié en janvier 2019, Guy Ryder a rappelé la nécessité d’adopter une approche du travail centrée sur la personne, qui place l’humain au cœur même de l’élaboration des politiques. Il a également souligné que la sécurité et la santé au travail sont indispensables à la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies , en particulier l’objectif de développement durable (ODD) 3, qui vise à permettre à tous de vivre en bonne santé et à promouvoir le bien-être de tous, et de l’ODD 8 relatif à la promotion du travail décent  et d’une croissance économique soutenue, partagée et durable.

La Semaine de la sécurité et de la santé au travail dans toute la Russie (All-Russia OSH Week ) se déroule traditionnellement à Sochi la veille de la Journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail (le 28 avril). Elle réunit des professionnels, des experts, des scientifiques et des représentants du secteur privé, aussi bien russes qu’étrangers, spécialistes de la santé au travail. Cette année, le thème central de cette réunion qui a lieu du 22 au 26 avril, dont l’intitulé est «L’avenir de la sécurité et de la santé au travail en Russie – une culture de la sécurité et de la prévention», est consacré au centenaire de l’Organisation internationale du Travail.

23 avril 2019

OIT

Date: 
Vendredi, 26 Avril, 2019

Rubrique: